Loupian 2018

Publié le 04 août 2018 — par Pardaleos
Catégorie(s) Bilans des manifestations, Vie de l'association

Le soleil ardent de ce dernier week end de juillet n’a pas empêché un public nombreux de venir

assister aux multiples activités proposées par les groupes de reconstitution lors des Augustales

2018 ni même de suivre le traditionnel défilé dominical du village de Loupian au site archéologique.

Les animations civiles et militaires se sont habilement complétées pour attirer un public de tout âge.

Ainsi dans le camp grec, certains adultes n’ont-ils pas hésité à revêtir les attributs de l’hoplite !

Par ailleurs, l’armement de l’hoplite, la grande variété des casques grecs ou encore les maquettes de

machines de guerre, et notamment l’hélépole du siège de Rhodes, ont été largement expliqués.

Côté vie civile, en lien avec l’un des thèmes des Augustales, quelques facettes de l’alimentation grecque

ont été présentées.

Les céréales, d’abord, et le « pigneus »,cloche à cuisson :

Ainsi que l’inévitable « maza », galette de farine d’orge grillée:

Les meules : meule à trémie d’Olynthe et meule rotative

Trois maquettes  ont permis d’illustrer le système des pressoirs. Reconstitution d’un moulin à grains

délien dont la meule a la forme d’une toupie inversée; reconstitution d’un pressoir à olives , en pierre,

trouvé sur l’Acropole de Sparte et dont l’original est visible  au musée de l’olive à Sparte et enfin un

pressoir à levier avec des scourtins .

A propos des olives, l’atelier Epityros n’a pas désempli et ce sont plus de 16 kg d’olives  qui ont

été broyées par le public pour confectionner la recette de l’ olivade grecque!

Fruits secs, légumes secs ont été proposés à la sagacité du public …

ou… à sa curiosité comme la salicorne ou encore le pourpier qui n’est pas seulement une mauvaise

herbe des jardins mais une bonne salade…

Pour se désaltérer, rien de tel que le Kykéon  à base de menthe pouliot qui, dans une version

plus complexe, était le breuvage des mystères d’Eleusis.

Mais quels ustensiles utilisait-on pour cuisiner ? L’exposition de trois types de plats a tenté de

répondre à cette question.De gauche à droite : la caccabé, sorte de faitout, la lopas pour le poisson sur son brasero et la

Chytra pour faire bouillir sur un brasero portatif.

Et enfin la maquette de la maison grecque a permis de mieux comprendre l’organisation de l’oïkos.